Fabrice Cahoreau, la plastique du bidon Vil.

Fabrice Cahoreau est né en 1964 à Tours. Ce tourangeau a un surnom: BIBI, qui signifie en parlé sétois, gros ver érectile ou pour les intimes sipunculus nudus (peut-être légèrement prétentieux, non?). Cet asticot ne veut pas appâter le goujon, ce qu'il recherche est le gros poisson. BTS de prothésiste orthopédiste en poche, il fuit le look BCBG des galeries pour être plus proche des gens ... déjantés de préférence.

Pour lui, la création artistique est quelque chose d'inné, d'inéluctable, BIBI se défait de ses prothèses pour se sentir comme un poisson dans l'eau. Les objets qu'il utilise comme éléments d'assemblage sont des produits plastiques en général, transformés en Généraux de bancs de poissons. Selon lui, ses icônes, de signalisation sous-marine, ne sont pas bides de sens. Ses poissons hypothétiques et prothétiques deviennent ainsi de véritables devons sans hameçons. Poiscaille sans écailles prise dans les mailles du fantastique, car c'est bien connu, le plastique c'est fantastique!

BIBI est réellement intéressé par l'art en général; il préfère davantage l'art au sens propre du terme que toutou-tes les personnes qui gravitent autour. Ses influences sont diverses. D'abord les Nouveaux Réalistes tels que César et Arman auxquels il se sent lié, techniquement parlant. Le travail de Spoerri également a une place importante dans sa bibliothèque (de teck en toc).

Aussi il trouve un rapprochement avec la musique se reconnaissant dans l'esprit d'un Nick Cave et des Beastie Boys. Très Rock'n Roll, peut-être accepterait-il la comparaison avec les Beach Boys, au regard des moules à pâtés de sable qu'il élève au-dessus de nos têtes, sur ses plages lumineuses.

Pour BIBI, ses créatures doivent être exposées près des gens afin qu'il y ait une accessibilité directe. La rue est sans aucun doute le lieu idéal pour cet effet. A ce propos, l'artiste donne son humble avis: "mettre les oeuvres d'art dans une galerie, c'est comme les poissons dans l'eau... personne ne les remarque!" Plutôt perspicace comme garçon et ouvert sur le monde, il sait que son travail sera nettement plus en valeur dehors, à la fraîche.
Illuminé comme ses poissons, BIBI est attiré par la lumière. Celle-ci va plus au fond des Choses, plastiques, elle est leur coeur. Ses vertébrés flottent dans l'air et éclairent notre rapport à la vie, ils rappellent les lampions de carnaval révèlent le côté festif qui est primordial à ses yeux. Ces loupiotes presque Japonaises, adhèrent à leur lieu d'exposition, ces loupiots fluos récents, extras lucides, sculptent la lumière, au sens défiguré du therme.

Son art du flambeau, lambeaux de phare, pourrait être traité d'Art Déco' mais il n'en est rien. L'Art Déco' étant fait pour ne pas être vu et se fondre dans le décor, justement et contrairement à l'art. Contradiction ou pas, peut-être, quand on sait sa hantise d'exposer dans les galeries. Sa création n'est sûrement pas de l'Art Déconne. Néonmoins recréation au lieu de récréation serait plus adéquate pour son travail.

Son art non déchénéré a un lien incontestable avec les fossiles. Ses objets sont en quelque sorte des fossiles des temps modernes et leur géniteur, un naturaliste. Ses bestioles en plastique reflètent l'intérêt de l'artiste pour la paléontologie. Certaines de ses bébêtes - pas si petites que ça - possèdent un corps-bidon dont la surface s'est évidée et délimite un squelette, comme l'est Pince-mi, le cousin de Pince-moi. BIBI, homosapiens, en pince pour ses homards, notamment pour Thermidor, le blues d'un crustacé à dormir dehors.

BIBI ne s'intéresse pas aux phoques mais aux poissons, aux faux-semblants .... Quel leurre est-il? Il vous répond crocos accros aux néons, pieuvre, sirènes si reines d'un soir, espèces en voie d'apparition aussi sottes que grenues. Pour leur conception, il improvise davantage qu'il avise à une esquisse; la finition ne l'intéresse pas (vis et écrous sont visibles), l'esbroufe ne faisant pas partie de sa définition de l'art.

Aimant la chasse sous-marine, il se faufile et évite les pièges des filets de Maquereaux. Attention, BIBI est lucide et ses idées lumineuses ...Lumineux, tel est le qualificatif de son art.


Sylvain Grossiord.


Plan du site                                                                                      Retour à la Revue de presse de BIBI